Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2007 5 26 /10 /octobre /2007 19:32

LETTRE OUVERTE à Monsieur Laurent GBAGBO,

Président de la République de Côte d’Ivoire

 

 

 

Monsieur le Président,

 

Je me permets d’interpeller à nouveau  l’Etat Ivoirien à travers vous.

 

Mes courriers envoyés dès 1994 sont restés sans réponse. Ils concernaient la succession de feu mon Père, Monsieur le Président Félix Houphouët-Boigny, toujours (à ce jour) non réglée, malgré le jugement civil rendu, N° 118 du 27/07/2000 – Rôle général N° 14/96 – Ministère de la Justice / Cour d’Appel de Bouaké.

« Nous, peuple de la Côte d’Ivoire [...], Tribunal de Première Instance de Bouaké, - Section de Toumodi /Audience Civile du 27 Juillet 2000.

 

Une succession « privée » devenue « d’Etat  » … d’un Grand Monsieur, qui a été aimé ou décrié mais qui a toujours œuvré pour le bien du peuple Ivoirien et assumé ses positions tant sur le plan National qu’International.

 

Il se basait sur l’esprit du dialogue et sur celui de la tolérance, ainsi que sur le respect des différents peuples ayant leurs histoires propres.

 

Vous êtes, je pense à savoir que le quotidien « Le Patriote » a produit ( non pas en intégralité ), le contenu de mon blog … largement étayé par des textes juridiques, différents courriers de Notaires, articles …. Votre revue de presse, comme il se doit, vous a certainement  informé de certaines de leur teneur, comme il est coutume de le faire.

 

Par conséquent, je ne reprendrai ici que l’article (Interview de Monsieur le Président Gueï paru dans JA/ l’Intelligent N° 2075 en date du 23 Octobre 2000 :

- Côte d’Ivoire : « - Gueï veut sauver la résidence parisienne d’Houphouët - »

« L’Hôtel Masseran appartient aux héritiers d’Houphouët, mais l’Etat Ivoirien a jusqu’à présent gardé un droit d’usage …. »

 

Je suis, de par mes droits légitimes,  reconnue légalement par mon père (Acte posé le 26 Août 1960), alors Ministre d’Etat ( Requête publique près du Tribunal de Toumodi, jugement N° 1261, témoins, composition du Tribunal de l’époque, déjà cités sur mon blog )
Vous constaterez, Monsieur le Président que j'ai été totalement spoliée de tous mes droits.

 

Je suis par conséquent, à même de demander à l’Etat Ivoirien de réagir quant à l’application du jugement du 27 juillet 2000 et de bien vouloir prendre en considération qu’en l'absence de « Testament », (ce qui est impensable pour toute personne de quelques biens notoirement connus dès avant l’indépendance), seuls les noms et qualités des véritables héritiers sont retenus par le jugement rendu.  

 

Je demande donc :

 

-          Un dédommagement concernant l’Hôtel particulier Masseran  sis à Paris VIIème – En terme « locatif » d’un bien privé de Monsieur Félix Houphouët-Boigny

 

-          Le droit de choisir quelques éléments parmi sa collection privée (Prisée effectuée en 1994 par Me Martine Watine - Arnault à la demande de Me Paul Chardon  … comme citée dans mon blog). Tableaux de Maîtres et Mobiliers signés …argenterie à son chiffre…

 

Connaissant mon Père, il avait du penser à toute sa famille … Il aurait souhaité, espéré plus de dignité, d’intégrité concernant sa succession par respect  pour son nom, « Houphouët ».

 

Dans l’espoir que cette lettre ouverte retiendra votre attention, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma haute considération.

 

 

 

 

 

Madame Hélène Houphouët-Boigny

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Madame Hélène Houphouet Boigny - Abla Pokou -
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Succession Privée de Monsieur le Président Houphouet Boigny
  • : Explications sur une succession toujours non réglée malgré un Jugement rendu par l'État Ivoirien en 2000
  • Contact

Rechercher

Archives