Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 22:31

 

 

 

Pour en arriver à la chute de mon blog et avant de produire le contenu de ce Jugement.

 

Je ne puis, de guerre lasse, que m'interroger une fois de plus sur ce point précis:

 

Pourquoi "l'Etat Ivoirien" tant de fois sollicité et interpellé à travers les temps, n'a jamais désiré réagir afin que soit exécutée selon le Droit, la Succession de Feu Monsieur Félix Houphouet Boigny, Premier Président de la Côte d'Ivoire.


Sa volonté était de créer un Etat de paix, accompagné d'ouverture sur le monde ...

 

Un Etat d'accueil, dans le respect de nos lois.


Il fut un Grand Monsieur, reconnu et respecté par tous ses "Paires" en son temps, tant sur le continent Africain que dans les pays occidentaux, en Amérique et dans d'autres pays amis.

 

Un bref rappel de quelques uns des actes qui ont jalonnés son parcours politique :

 

Président du Syndicat Agricole Africain avec l'aide et l'appui de Messieurs Kwame Adingra, Joseph Anoma, Marcel Laubhouet, Gabriel Dadié ...


Il fut l'initiateur et le rapporteur
de la Loi cadre de 1946 qui aboutit à l'abolition des travaux forcés.


Il organisa les premiers voyages d'étudiants envoyés en France dès 1946 pour la formation des futurs cadres de Côte d'Ivoire.


Création  du Conseil de l'Entente, création de l'organisation OUA avec tous ses amis de bonne volonté.


Il fut un fervent adepte du dialogue dans le règlement des conflits, processus parfois lent compte tenu des passions... Il faisait appel au dépassement, dans l'intérêt des Peuples.


Je tiens à rappeler aux jeunes générations qui n'ont pas vécu cette histoire qu'il fut Député, Ministre de la Santé (médecin de formation), Ministre d'Etat sous la 4e République en France.

 

 

Nota Bene: Cette Succession, dès son ouverture, n'a été qu'une négation de ma personne et de l'éxistence de mes trois enfants.  

 

 

 

 Document scanné:

 

Ministère de la Justice - Cour d'Appel de Bouaké - Tribunal de Bouaké - Jugement Civil N°118 - Role Général N°14/96 - Tribunal de Première Instance de Bouaké - Section de Toumodi - Audience Civil du Jeudi 27 Juillet 2000.

 

Page  1

page  2

page  3

page  4

page  5

page  6

page  7

page  8

page  9

page 10

page 11

page 12

page 13

page 14

page 15

 

Signature : Hélène Houphouet Boigny – Abla Pokou.

Repost 0
Published by Madame Hélène Houphouet Boigny - Abla Pokou -
commenter cet article
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 23:10

 

 

Il vous est présenté ci-après les derniers documents concernant la succession de Feu Monsieur le Président Félix Houphouet Boigny, obtenus difficilement de l'Union des Banques Suisses.

 

Ces faux documents qui avaient été établis à la demande de mes demi frères et sœur :

 

Augustin - François (décédé à ce jour) - Guillaume - Marie N'dri kan Demesse Zinsou née Houphouet Boigny; pour se prévaloir seuls héritiers.

 

En rappel ils avaient initiés en 1995 une action en justice près du Tribunal de Première Instance de Paris – Cas transféré en 1996 près du seul Tribunal compétent : le Tribunal de Toumodi ( Côte d'ivoire).

 

Feu Monsieur le Président Félix Houphouet Boigny étant Ivoirien, les documents établis en Suisse (Canton du Valais) donnant tout pouvoir à monsieur Philippe Maurice Rideau (5 rue César Franck 75015 Paris), n'ont par conséquent aucunes valeur juridique.

 

A savoir et toujours en rappel que mes demi frères et sœur ci-dessus citésont eu l'aval du notaire de

l’État Ivoirien en la personne de Maître Yeboue Kouame K. Venance ( 4/6 Avenue Crosson Duplessis Lot 50 – 01 B.P. 6372 Abidjan 01 ).

 

Nota Bene: Le jugement a été rendu le 27 Juillet 2000 par le tribunal de Toumodi: Ils ont été déboutés en leurs prérogatives ( à savoir se prévaloir seuls héritiers avec leurs mère Madame Kadine Racine

Sow – décédée ).

Ce même Tribunal établissait la liste des ayants droits de la succession de Feu Monsieur Félix Houphouet Boigny.

 

En l'absence d'un Testament soit disant occulté, je suis en droit à recevoir 1/6 eme de tous les biens appartenant àmon Père.

 

Je suis toujours dans l'attente de l’indemnisation (1/6 eme) de la vente de la collection privée de mon Père (mobiliers signés - tableaux de Maîtres - objets d'art...). Vente aux enchères effectuée par Maître Jean Pierre Osenat à Fontainebleau (29 Juin 2008).

 

Un courrier en ce sens a été adressé à Monsieur le Président Alassane Dramane Ouattara par le biais de L’Ambassadeur de Cote d'Ivoire en France Monsieur Coulibaly, il y a près de deux mois.

 

Sans réponse à ce jour. Ce qui est inconcevable.

 

Différentes tentatives pour rencontrer Monsieur l'Ambassadeur de Côte d'Ivoireen France n'ont pas abouties.

 

L'agence A.I.C.I. S.A. Interpellée à deux reprises (Sommations Interpellatives) n'a jamais donnée d'informations quant à la gestion des biens immobiliers de Feu mon Père Monsieur le Président Félix Houphouet Boigny.

 

Dans l'espoir que la Lettre Ouverte à Monsieur le Président Alassane Dramane Ouattara (en date du 1er Juin 2011) aura retenu l'attention d'un certains nombres de personnes.

 

 

 

Présentation des documents déjà énoncées :

 

 

PROCURATION AUTHENTIQUE DELIVREE EN BREVET.

 

(En date du 10 Mars 1999)


Page 1

Page 2

Page 3

Page 4

Page 5

Page 6

 

 

DEPOT DE PIECES PROCURATION POUR REGLER SUCCESSION PAR LES CONSORTS

HOUPHOUET BOIGNY AU PROFIT DE MONSIEUR MAURICE FREDERIC RIDEAU.

 

(En date du 15 Juin 1999).

 

 

Page 1

Page 2

Page 3

Page 4

 

 

 

 

 

Signature : Hélène Houphouet Boigny – Abla Pokou.

Repost 0
Published by Madame Hélène Houphouet Boigny - Abla Pokou -
commenter cet article
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 05:37

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En ces temps où l'espérance est dans l'Union  de tout un Peuple  et le Pardon, pour la Reconstruction  de ce Pays ayant connu plus de douze années « d'incertitudes, de peines et de souffrances ».

 

Je vous dis : « Yako nan fê » - C'est le terme que nous Peuple Baoulé utilisons pour exprimer la  compassion à nos proches et dans ce cas précis au  Pays entier.

 

UneTerre à vocation première de paix et « d'accueil »  pour  tous nos Frères, de quelques horizons qu'ils soient.

 

 

Une volonté de Feu mon Père Monsieur Félix Houphout Boigny (décédé le 7 Décembre 1993), auquel vous vous êtes référé dans votre discours d'investiture à Yamoussokro le 21 Mai 2011, comme étant votre Père « spirituel ».


 

Il est considéré comme étant le Père Fondateur de la Côte d'Ivoire, avec l'aide de tous ceux et de toutes celles qui l'ont  accompagné durant ces longues  années de combats,  afin que l'avènement  de l'Indépendance  de ce Pays soit. Je leur rends à nouveau Hommage.

 

 

En ces temps où vous  prônez  une seule et même « Justice » pour « tous »  ainsi que le « panser »  de la douleur causée par d'innombrables  vies perdues. Je dis : « Yako nan fê »  pour tant d'années qui furent dévastatrices...

 

Que nos Terres qui furent, un temps passé, attribuées à des « rebelles »  nous soient restituées. Un des prétextes invoqué était le fait que: des « enfants »  étaient nés... Sans préciser  qu'il s'agissait d'enfants  issus de « viols »...

 

Que les « Attributs », Symboles  de la « Royauté du Peuple Baoulé » dont Sakassou  en est la Capitale, nous soient rendus. Ils nous ont été volés par des bandes armées dites  « rebelles »...  Une demande déjà exprimée.

 

Monsieur le Président de la République, je vous prie, de bien vouloir vous pencher sur la succession de Feu mon Père car  ayant été totalement spoliée de mes Droits. Il s'agit de la succession d'un Grand Monsieur  qui perdure dans les temps. 17 années  se sont écoulées et ce malgré  le Jugement prononcé le 27 Juillet 2000, par le Tribunal de Toumodi.  Ce Jugement avait débouté mes ½ Frères et sœur ainés (se prévalant seuls héritiers)  et  avait  établi  la liste comportant les noms  des six héritiers ayant droit.

 

Il est à porter à votre connaissance, comme le précise le Jugement Civil N° 118 du 27 Juillet 2000 (Tribunal de Toumodi)  que mes ½ frères et sœur ais  sont issus d'un mariage « coutumier » non légalisé selon la « Loi » en vigueur d'avant les Indépendances.


 

Je suis la seule des  six héritiers à avoir  été « légalement » reconnue par Feu mon Père (26 Aout 1960 - Tribunal de Toumodi).

 

Cependant, en 1999, de « Faux » documents  ont été réalisés  à leur demande, par Maître Ribordy (Notaire décédé - Canton du Valais –  Suisse), nommant Monsieur Philippe Rideau (injoignable à ce jour),  afin de procéder à un  règlement en leur faveur.


 

Il est important de noter que Maître Venance Kouamé Yébouet, Notaire de l'État Ivoirien, avait donné son aval, engageant ainsi la responsabilité de l'État Ivoirien. Un acte  que je juge hautement scandaleux.

 

Les démarches entreprises par mes avocats successifs et par moi même,  se sont soldées par un « déni  d'information »,  tant sur le plan immobilier (un vaste patrimoine disséminé à travers divers pays et  géré par l'agence AICI .SA), qu'au niveau des banques concernées (Côte d'Ivoire, France, Suisse et autres pays), y compris ses participations dans diverses sociétés...

 

La Loi du silence.

 

Les notaires de la succession en les  personnes  de:  Maître  Cheikna Sylla, Maître  Denise Richmond, Maître  Jean Michel Normand et Maître  Paul Chardon  n'ont curieusement pas accompli  leurs missions.

 

Maître Agueh Tahou Monique, avait été désignée  par ce mêmeTribunal de Toumodi (27 Juillet 2000), pour procéder à la liquidation de cette succession. Un  délai de six mois lui avait été imparti.  Force m'est donnée  de constater  qu'elle n'a produit aucun résultat. Elle se retrouve devant le Tribunal d'Abidjan pour répondre des  ventes illicites  de terrains appartenant à Feu mon Père...

 

Maître Isabelle Coutant-Peyre  à déposé, en mon nom, avec ses  homologues  IvoirienMaîtres Anastase et Régis Baguy, une plainte Pénale au Tribunal d 'Abidjan, enregistrée le 12  Juin 2009.

 

J'ose enfin espérer qu'un « État »  interpellé à maintes  reprises sans réponses données  ni preuves apportées et qui s 'est si largement servi sur les biens  de Feu mon Père à travers les temps (exemples : vente aux enchères  de sa collection privée à Fontainebleau -  Saisie de l'hôtel particulier sis rue Masseran, Paris 7eme…), fera diligence  pour rectifier une situation qui m'est invivable de par cette très longue attente qui porte atteinte à ma personne.


 

Tout en sachant l'importance de ce lourd combat que vous devez mener car ayant de nombreux défis à relever,  mais restant néanmoins dans  la conviction  que cette lettre retiendra toute votre attention, je vous prie d'agréer, Monsieur le Président de la République, l'expression de ma trèsinformations portées sur haute considération.

 

 

 

Signature : Hélène Houphouet Boigny – Abla Pokou.

Repost 0
Published by Madame Hélène Houphouet Boigny - Abla Pokou -
commenter cet article
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 03:14

 

 

 

Courrier adressé à Monsieur Laurent Gbagbo, en date du 18 février 2009.

 

Page 1

Page 2

Page 3

Page 4

 

Courrier adressé à Madame Géraldine Odéhouri-Brou, Conseiller Spécial chargé des affaires juridiques auprès de Monsieur Laurent Gbagbo, en date du 18 novembre 2009.

 

Page 1

Page 2

Page 3

Page 4

Repost 0
Published by Madame Hélène Houphouet Boigny - Abla Pokou -
commenter cet article
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 16:12


Paris le 17 Février 2010
                
A l'attention de
Monsieur
Gkanakade Ladji Joachim
Vice Président, Doyen des Juges
d'Instruction
Ministère de la Justice et des
Droits
de l'Homme
              
Cour d'Appel d'Abidjan
Tribunal de Première Instance                            
République de Côte d' Ivoire


               

                     


                                                                          Monsieur le Doyen,

    Permettez moi de vous interpeller et ce malgré la situation difficile que vit la Côte d' Ivoire et qui non seulement perdure dans le temps mais qui semblerait tendre vers une dégradation, voire crise à peut être effets incontrôlables.
   
    Vivant depuis Juin 1999 à l'étranger ( France ) et étant fidèle à une Éthique prônée de par le passé, je ne puis que rester consciente et sensible à l'évolution de mon Pays depuis son avènement à l'indépendance.
Le point d'orgue de ces valeurs étant:
   
    - Une volonté politique à tendre vers le mieux possible. Les bases posées pour la formation des générations à venir qui devaient leur permettre « le corriger » et « l'adaptation » à l'évolution du Monde, et de pouvoir ainsi apporter notre petite contribution dans le concert des Nations.

    Cependant, il est à prendre en considération la mixité vers lequel ce monde doit et ne peut que chercher à vivre, dans le respect de tous les peuples. Ce n'est qu'ainsi que l'on peut apprendre de l'autre et s'enrichir donc en connaissance...

    Monsieur le Doyen,  une plainte  à été déposée (documents à l'appui, au pluriel) le 11 Juin 2009 par Maître Isabelle Coutant Peyre et son homologue Ivoirien Maître Régis Baguy, portant à votre attention le fait que la succession de Feu mon père Monsieur le Président de la République Félix Houphouet-Boigny décédé le (7 Décembre 1993) restait toujours "ouverte", et ce malgré le jugement rendu le 27 Juillet 2000, par le tribunal de Toumodi.

    Une plainte déposée restée sans suite malgré le délais de réponse prévu par la Loi...
   
    La partie juridique de la Présidence de la République, en la personne de Maître Géraldine Odéhouri-Brou, conseillère spéciale du Président Laurent Gbagbo, dans son courrier (daté du 30 Octobre 2009), adressé à mes avocats, précise:
que « l'État n'a été dans cette affaire que bénéficiaire d'un legs, et que la Côte d' Ivoire et ses ''Présidents successifs'' n'assument que l'héritage politique de feu Félix Houphouet-Boigny ».

    De quel héritage politique s'agit il ??? La Justice serait-elle à ce point dépendante de l'Exécutif, pour ne pouvoir appliquer non seulement un jugement rendu mais aussi répondre à une Plainte faite en bonne et due forme ???

    Qu'en est-il de ce « fameux legs verbal » à l'étendue « quasi illimité » et dont jamais preuve écrite, selon  la Loi, ne m'a, à ce jour, été produite (malgré mes nombreuses demandes...).
Une quotité bien précise à respecter.
   
    Par conséquent, la réponse faite à mes avocats par courrier de Maître Géraldine Odéhouri-Brou, conseillère spéciale du Président Laurent Gbagbo, n'a aucun sens. Il est impossible d'occulter toutes les ventes des biens privés de Feu Monsieur  le Président Félix Houpĥouet boigny ainsi qu'une partie du patrimoine immobilier appartenant à l'État Ivoirien.
   
    Il est à rappeler qu' Augustin, François, Guilaume Houphouet Boigny et Marie Demesse Zinsou (née Houphouet boigny), issus d'un mariage « coutumier », non légalisé selon la Loi en vigueur d'avant les indépendances, ont fait établir de faux documents dès 1999, afin de se prévaloir seuls héritiers (se référer à la seconde partie de mon blogue). Lesdits faux documents nommant et donnant tous pouvoirs à un certain monsieur Philippe Rideau (injoignable à ce jour...), quant au règlement de cette succession , avec l'aval de l'État Ivoirien en la personne de Maître Kouamé Venance Yéboué (notaire de l'État Ivoirien...).

    Il est à savoir (et toujours en rappel) qu'une action en justice avait été initiée en France, par mes demis frères et sœur ainée en 1995 puis transférée en 1996 près du Tribunal compétant Ivoirien.

    Il s'agit d'une succession de Droit Ivoirien mais qui semble avoir été « délibérément occultée » a travers les temps.

    Le Jugement du Tribunal de Bouaké (Toumodi) rendu le 27 Juillet 2000, déboutait, comme vous en avez pris connaissance, mes demis frères et sœur ainés ainsi que leur mère madame Kady Racine Sow (décédée), et établissait la liste des héritiers de Feu Monsieur le Président Félix Houphouet Boigny. Ce même Tribunal avait nommé Maitre Agueh Tahou, lui donnant six mois quant au règlement de cette dite succession...


    En rappel: de nombreux périodiques étrangers ont fait état du déroulement quelque peu étrange de cette succession, ainsi que La Lettre du Continent qui a toujours donnée informations à travers les temps.

    Comptant sur votre compréhension et diligence, par ce qu'ayant été totalement spoliée de mes Droits et me battant depuis plus de 15 années: l'ouverture de la succession de feu mon Père Monsieur le Président Félix Houphouet Boigny datant de Juin 1994, je suis en Droit d'attendre que justice me soit enfin rendue car n'ayant, en aucun cas, commis d'effractions envers la Loi. 



    Je vous prie d'agréer, Monsieur le Doyen des juges d'instruction, l'expression de
ma considération distinguée.                                            

Repost 0
Published by Madame Hélène Houphouet Boigny - Abla Pokou -
commenter cet article
6 septembre 2008 6 06 /09 /septembre /2008 19:40

Suite Succession - Suite des messages personnels

(concernant Masseran / vente 29 Juin 2008).





A l’attention de Monsieur Laurent Gbagbo.

 

 

 

 

 

 

 

« L’Etat Ivoirien »  devrait prendre rapidement des mesures afin de « racheter » la « collection privée »  de Monsieur Félix Houphouet Boigny.

 

Vente du 29 Juin 2008 à Fontainebleau par Monsieur Jean-Pierre Osenat, commissaire priseur qui se targuait de pouvoir effectuer cette vente

 

En 1994, Monsieur Henri Konan Bédié avait décidé que l’hôtel particulier, sis rue Masseran, ferait parti du « fameux » et soit disant « legs verbal »…

Sans documents produire … Affirmant ainsi que « l’Etat » était au dessus des « Lois ».

 

Comment avez-vous pû penser que le produit de cette « vente » pourrait servir à la « restauration » de ce Bien Privé, pris et laissé à « l’abandon » par l’Etat Ivoirien, à travers les temps…  

 

Comment qualifier un tel détournement de biens privés ?

Une vente illicite, un fait connu de par le monde !…

 

Vous auriez dû comprendre le sens du refus des « Grandes Maisons Christie’s et Sotheby’s ».


Ce que je pense vous aviez
dû saisir…


A  interpeller ces Grandes Maisons pour le « confié du rachat ».

 

 

 

 

Signature 

 
                                                                  Madame Hélène Houphouet Boigny

 

 



                                                                                     
                                                        Fin

 

 

Repost 0
Published by Madame Hélène Houphouet Boigny - Abla Pokou -
commenter cet article
28 août 2008 4 28 /08 /août /2008 19:41

  

Prière ne pas prendre en compte les versions precedentes des trois derniers articles ci-dessous produits ( Suite Succession 1ere, 2emme et dernière partie ).

Voici les versions qui devaient vous être présentées :

                 


                        Puisqu’il m’a été donné ( depuis 14 années ) malgré tous les documents

 ( juridiques / courriers Avocats / références citées / correspondances notaires de la succession etc…) produits partiellements ou scannés en intégralité, de penser que l'État Ivoirien ne me rendra jamais « JUSTICE », ( une attitude hautement scandaleuse ! Trop d’intérêts en jeu ? ). Je vais, me permettre de poursuivre mes derniers propos avec ces dernières interpellations / interrogations / messages personnels adressés aux Hommes Politiques ci-après mentionnés / institutions bancaires / administrateurs / gestionnaires de biens - fortune / parties prenantes de cette succession ...


Une question de toute première importance :

Quelles ont été les « signatures » « recueillies » pour que la « seconde opération de Feu
Monsieur Felix Houphouet Boigny fusse réalisée ?
Qu’il soit porté à la connaissance de tous que la « mienne » n’a pas été sollicitée…

Interrogation :


Uniquement celles de la Veuve, Mme Thérèse Houphouet Boigny ( née Brou ), d’Augustin,
François, Guillaume, Marie Houphouet Boigny ( épouse Demesse Zinsou ) ?

Interrogation :

 

 

L’attitude de « l'État Ivoirien » représenté par Mr Henri Konan Bédié ainsi que du Premier Ministre d’alors, Mr Alassane Dramane Ouattara ?…
Quels documents officiels ont été signés et non produits ?

Interrogation :

Pourquoi les différentes lignes téléphoniques furent interrompues à l’hôtel particulier sis rue
Masseran durant plusieurs jours après le retour de Mon Père en convalescence de l’hôpital  Cochin?

 

FAIT INACCEPTABLE ET INADMISSIBLE !


Voici la réponse qui me fut donnée :

« On ne peut faire signer des chèques personnels à Votre Père, compte tenu de son état.
Et
le Premier Ministre n’a toujours pas pris de décisions. »

Finalement les lignes téléphoniques de Masseran furent rétablies… Il aura fallu près d'une
semaine environ ? Que penser de tout ceci ?

A savoir :

Je me suis rendue en France quelques jours après la seconde opération, à la demande de Mon
Père. Un séjour d’environ une huitaine de jours. Une rencontre unique et très brève avec le professeur Jean Louis Debré, à l’hôpital Cochin. Peu de temps après mon retour en Côte d’ Ivoire, Mon Père fit venir à Paris sa sœur aînée, feue Madame Faitai Houphouet boigny ainsi que sa cousine, Feue Madame Djénéba Cissé pour un court séjour. Il devait revenir au Pays.
Tous ces faits relatés peuvent être vérifiés.

 

Interrogation :


Pourquoi ce départ pour la clinique de Genolier en Suisse?
Qui ou quelles sont les personnes ayant pris cette décision?


Concernant l’ Agence Immobilière A.I.C.I.  S.A.


A savoir, le nom des actionnaires :

Mr Alassane Dramane Ouattara, Mme Dominique Nouvian
Folloroux Ouattara et enfants.

Question :

Dates de l’enregistrement de cette société ( registre du Commerce / documents officiels ) de
A.I.C.I puis A.I.C.I.  S.A.

A noter :

Une « Sommation Interpellative » ( déjà produite sur mon blog ) avait été effectuée à la requête
de Maître Agnès Ouangui à ma demande.
Documents à nouveau présentés, accompagnés de sa correspondance daté du 22 Juillet 1997 adressée à Me Charles Dogué et l' interview que Mme Dominique Nouvian Folloroux Ouatarra avait accordée à Jeune Afrique ( déjà produite sur mon blog ).

A savoir :

Qu’ interpellée à Washington ( un de ses salons de coiffures « Dessange » ) puis à Paris
quant à la gestion ( à nouveau ) des biens / patrimoine immobilier de feu Monsieur le Président Felix Houphouet Boigny : Mme Dominique Nouvian Folloroux Ouattara a préféré s’en tenir à la « loi du silence »… Aurait elle, dans une « certaine euphorie », eu des pertes de « mémoires » à en oublier ses tous premiers débuts en Côte d’ Ivoire ? Par ailleurs il était de « Notoriété Publique » que A.I.C.I. Devenu par la suite A.I.C.I.  S.A. gérait le patrimoine immobilier de Monsieur Felix Houphouet boigny. D’autres clients importants ont confié par la suite, la gestion de leur biens immobiliers.



Concernant : Institutions Bancaires / Financières / gestions de fortune / Administrateurs /
Notaires…

Est-il à penser, finalement, que toutes ces Institutions bancaires / personnes à gérer… ( France /
Suisse / Amérique / Grande Bretagne / Côte d’ Ivoire / Sénégal / Paradis Fiscaux ), ont pu agir sur simples instructions de Maître Philippe Rideau ( notaire / mandataire dès 1999 d’Augustin, François, Guillaume, Marie Houphouet Boigny ) avec aval du Notaire de l' État Ivoirien Me Kouame Venance, sans se poser quelques questions « d’usages » ni réclamer des « Notaires de la succession » les documents légaux à être produits ?
Et surtout à attendre le résultat des actions menées ( actions en Justice ) par certains « héritiers »…
A savoir qu’Augustin, François, Guillaume et Marie, issus d’un mariage coutumier, non légalisé selon la loi en vigueur d'avant l' Indépendance, avaient initié en France ( 1995 - Tribunal Français compétent ) une action en justice pour se prévaloir « seuls héritiers ». Cas transférés près de la « juridiction seule compétente »  - Tribunal de Toumodi – 1996 - rendu du jugement 27 Juillet 2000).
Ils avaient été déboutés en leurs prérogatives.
Maître Monique Tahou nommée par ce même
Tribunal avait six mois pour régler cette succession (rien n’a été fait - déjà cité sur mon blog).
Dois je rappeler qu’il s’agit d’une succession. Et qui plus est, de la succession
« d’un Grand
Monsieur » de « quelques Biens »…

Comment expliquer, à nouveau, le fait que Maître Paul Chardon puis Maître Pierre Zecri
( décédé ) aient pu « solder » les avoirs de mon Père domiciliés au Crédit Lyonnais ( Paris- Montparnasse ) ?
Il est à savoir que certains « mouvements ont débuté peu de temps après le décès, donc avant « l’ouverture officielle » de la succession ( Juin 1994 ).

Pour exemple ( déjà cité et produit en partie sur mon blog, courrier de Maître cheikna Sylla en
date du 28 / 09 / 1994 ) :

Virement de 24 millions de Francs Suisses ( U.B.S. – Union de Banques Suisses - Genève , rue
du Rhône - Compte n° 579.557.01M - Date : 28/3/94 à U.B.S. Compte n° 566.680.00 -Fondation Recordia VADUZ. )
Le donneur d’ordre, singulier ou pluriel ?

Pour exemple (déjà cité et produit en partie de Maître Cheickna Sylla en date
du 28 / 09 / 1994) :

L'accès / Résiliation au compte coffre n° 240329642 safe 2674 à Marie Houphouet boigny

(épouse Demese Zinsou) le 24 / 01 / 1994. Quels documents présentés ?...
Notre Père n’était pas encore enterré…

L’UBS détient toujours des avoirs appartenant à Monsieur Felix Houphouet Boigny. D’après leur
dernier courrier ci après scanné en intégralité daté du 27 juin 2008 ( adressé à Maître Marc Mathey - Doret ( avocat - 14 boulevard des Philosophes 1205, Genève ), Correspondant de Maître Monique Desforges - Thierry ( Paris, 1 rue de Tourville 7e ). Il s’agit des relations
(comptes) numero 240 - 542378 et 240 - 509619. 
L’UBS « attend des instructions communes et conjointes des héritiers ‘‘légitimés’’ et n’a pas à intervenir dans leurs relations internes en cas d’absence d’accord entre eux ».
Quelle ironie lorsque l’on sait tous les actes posés par l’ U.B.S. dans cette succession.
A noter qu’aucun solde (avoirs) n’a été indiqué par l’ U.B.S. ni aucun document écrit de Feu Mon Père donnant ses « Instructions » précises… Fait inacceptable compte tenu de « toutes les Erreurs commises » par l’ UBS tout au long de cette succession.

A noter:

Cette même Institution Bancaire ( Union de Banques Suisses ) prétend à ne pas me « restituer »
mes avoirs - comptes ouverts par Mon Père - non portés à ma connaissance mais présentés par
l’U.B.S. , à savoir et parmi lesquels :

- ADIDA.SA ( N.D5102251 ) transféré a Londres ( le donneur d’ordre ?? )
- Compte 546.415.J.6 ( Mes avocats ayant présentés tous les documents en ma possession 
   ainsi
que ceux présentés par l' U.B.S.
- cpt 580475.S.U - 580475. O.I.A
   ( Genève - transféré à UBS Luxembourg ). Ci-joint relevé.

Mes avocats genevois m’ont fait savoir que ce compte avait été soldé, il y a quelques mois ( au
pluriel ). Mais par qui ? Par quel donneur d'ordre ?...
Aucune explication de l’ U.B.S. !
Le plus édifiant est que l’ U.B.S. ( l' Union de Banques Suisses ) ait fait fi du « Sacro Saint Secret Bancaire » si cher aux « banques suisses » et  autres Paradis Fiscaux pour me produire ( lors de la rédition des comptes de Feu Mr Felix Houphouet Boigny ) les comptes des co- héritiers… Impensable n’est-ce pas ! Ainsi que la liste ( partielle ) de certains « bénéficiaires » de virements des comptes de Mr Felix Houphouet boigny ( virements importants ).

Quelques exemples:

 
        -         Virement à la Maison Piaget ( usine sise à la Côte aux fées- U.B.S. Neuchatel 
        -         Virements à Mme Dominique Nouvian Folloroux ( S.G. Monaco )
        -         Virement à Mr Patrick Nouvian ( Crédit Agricole de la Loire Bourg Argental )
        -         Virement à Mr Abdoulaye Diallo ( Formule sans signature )
        -         Virement à Lynch Pierce Fencer G Smith - ( compte chez Northern Trust INT  
               Banking Corp.
 Banque chargée d’exécution :  Chase Manhattan Bank N.A. )
        -       Virements à Bentz Properties…

 
Et il aura fallu 8 années à l’ U.B.S. pour me produire les documents établis ( par Maître Jacques-Louis Ribordy - Canton du Valais ) par Augustin, François, Guillaume, Marie Houphouet Boigny donnant tout pouvoir ( Mandat ) à Maître Philippe Rideau en 1999 quant au règlement de la succession !

A savoir que le rendu du jugement compétent en la matière ( Tribunal de Toumodi - Cote d' Ivoire - 27 Juillet 2000 ) m’avait été expédié par Me Agnès Ouangui et transmis à Me Vergès.

A noter que l’ U.B.S. , ne fait aucun « état de l’expertise » réalisée par Mme Françoise de Ricci
d’ Arnoux - ( graphologue - Conseil GGCF. Expert près de la Cour d’ Appel de Paris - Expert  près de la Cour Administrative d’ Appel de Paris - Expert agrée par la Cour de Cassation H.
En partie produit sur mon blog ( ses conclusions ).
Que penser, à nouveau de « ces signatures » prétendues être miennes - Mme de Ricci d’Arnoux demandait que soient présentés les « originaux ». Apparemment Impossible à produire par l’ U.B.S.

Cependant l’ U.B.S. qui connaît de « graves problèmes financiers » ( Télévision Suisse - TV5 Monde ) se targue d ‘avoir une « gestion de Fortune » saine !
A savoir que Mr François Jaton était le gestionnaire des avoirs de Monsieur Le Président Felix Houphouet Boigny ainsi que de certains co-héritiers dont moi-même jusqu’en 1994...

Question : Des comptes
à mon nom dans d'autres Institutions Bancaires ( quelques soient
les pays ) non portés, à  ce jour, à  ma connaissance ?...

 

 

 

 


Repost 0
Published by Madame Hélène Houphouet Boigny - Abla Pokou -
commenter cet article
28 août 2008 4 28 /08 /août /2008 19:38
Messages personnels adressés aux Hommes Politiques et Personnes Suivantes :

 

 

Monsieur Henri Konan Bédié.

 

Pour ce qui n’était plus à vous « d’espérer » , dès avant le Décès…

Ce qui était sût d’un grand nombre… Et vous avez décidé alors de « prôner » « le Tribalisme ».

Détruisant ainsi tous les efforts déployés et accomplis par toutes les personnes impliquées de tout

leur cœur dans la construction de ce Pays plus de 20 ans avant l’indépendance ! Songez aux 60

ethnies présentes en Côte d’ Ivoire… Le début du « déclin », soldé par le coup d' État  de

Décembre 1999 et votre fuite…

Pour « essayer » de revenir ?

Songez à tous les actes que vous avez posés en votre temps.

 

 

Monsieur Alassane Dramane Ouattara

 

Pour ce qui ne pouvait être « votre » car étant « d’ailleurs », un fait connu de tous.

C'est pourquoi vous avez œuvré pour la « Partition de ce Pays » au péril de son équilibre déjà rendu précaire… Des ambitions personnelles non justifiées et non justifiables…

 

 

Monsieur Laurent Gbagbo

 

Pour tout ce que vous avez fini de détruire d’un Pays que vous n’auriez jamais pu construire et

rassembler ( a nouveau hommages a tous ceux et celles ayant participé a cet événement / luttes

pour « l’Indépendance » ... ).

Un Pays ayant durant plus de 30 années vécu dans une certaine prospérité et ouverture à tous les

Peuples. Dans la Paix.

 

 
« le succès de ce Pays repose sur l’ Agriculture »

 
Felix Houphouet Boigny

( Ancien Députe / Ancien Ministre de la Santé /Ancien Ministre d'État fin IVemme
début Vemme
République Française / Premier Président de la République
de Cote d'Ivoire ).

 

 

Où sont passées les richesses de ce Pays ?

 

 

Le changement pour le « Mieux » que vous assuriez ? Votre regard sur ce qui fut,
un temps,
un pays respecté ?

 

 

Je suis toujours dans l'attente qu'une certaine presse ivoirienne produise les documents faisant

état de l'action en Justice que j'aurais intentée a l'encontre de l' État Ivoirien... Fait largement

repris par la presse étrangère dont R.F.I. ( Radio France International ). Sans avoir
au préalable
fait leurs gammes ( relire, par exemple, mon Blog et faire
leurs devoirs de journalistes. )
 

 

Monsieur Jacques Chirac


Vous étiez considéré comme un « Fils » par Mon Père. Une affection toute particulière qu’il avait

à votre endroit. Il vous l'avait prouvé à maintes reprises… C’est pourquoi, je m’étais permise de

vous faire parvenir un dossier relatant certains faits troublants concernant sa succession. Maître Jean Pierre Hermant, était chargé de le faire remettre à votre fille Mme Claude Chirac.
Un dossier resté sans suite.

 

 

 Augustin - François - Guillaume Houphouet Boigny - Marie Demesse Zinsou ( née Houphouet

 Boigny )

 
Que pensez vous de tous les actes que vous avez posés et pour certains d’entre vous, dès avant

l’enterrement de Notre Père ?

Vous avez pu faire établir de faux documents dont l’utilisation vous a permis de réaliser ce détournement de biens successoraux.

Au « Pénal », savez-vous quel serait le rendu du Jugement ?

Et vous pouvez encore vous prétendre à « Porter un Nom Illustre » ? 

Avez-vous envisagé les regards et les interrogations qui seront portés sur vos enfants,

vos petits enfants et sur vous mêmes ?... 

Avez-vous pensé aux deux enfants « laissés » par Feue Florence Houphouet Boigny ( Décédée en

2006 ) ayant connu tant de difficultés.
A restituer à ses filles Felicia et Fabienne ce que leur mère Florence aurait du

obtenir.


Considérez que ce que je viens de vous prouver durant 14 années de luttes restera pour toujours

gravé dans les mémoires. Ceci vaut bien mieux qu’une action en justice intentée contre vous. 

 
A  restituer tout ce qui ne vous appartient pas.


Par vos actes posés, vous avez osé toucher a mes enfants : Xavier Anougblé, Maud Akissi
et
Magali N’dri Kan.

 

 
Mme Thérèse Houphouet Boigny ( née Brou ).

 

A quand la restitution de tous les biens vous ayant été confiés  par Mon Père, il y a fort

Longtemps . Souvenez  vous, du fait que j’étais votre « Faire Valoir ».

 

 

A savoir :

 

-         appartement sis à New York

-       appartement sis à Londres

-         appartements sis en France 
-         propriété aux Bahamas

-       villas sises en Cote d' Ivoire
-         S.I. ( Société Immobilière )  « La Glaneuse » déjà cité sur mon blog. Rachetée par
         Mon Père, à
mon nom, à mes Parrains Mr et Mme Jacques Timey
         ( décédés en 1980 / 1981), propriété
sise à Collonges sous Salève ( France ).

 
Le tout « Hors succession ».

Combien de ces « biens » ont déjà été vendus ?

La gestion de votre ex conseiller ( homme d’affaires Camerounais ) ?
Mais quels documents
ont été produits ?

Tout devait passer par vous ? Une autre condition / promesse imposée à mon Père ?

A considérer tout ce que vous avez posé comme actes à mon encontre à travers les temps.

Dans tous les « domaines »  :   « A Défaire ... » .

 

 

 

Vous ne m’avez montré, durant toutes ces longues années, que votre
acharnement à tout détruire.

Je ne vous pardonnerai jamais.
Vos actes posés à l’encontre de mes enfants ?…

 

 

  

 

Mr Akiwumi Thompson ( Accra – Ghana )

 

Avez vous informé " l'Ashantihene " ( le Roi des Ashanti, Otumfuo Nana Osei Tutu II )
de mes
démarches, comme il vous l'avait été demandé ?
Ce contact sera pris par d'autres personnes.
 

 

 


Mise en garde :

 

Celles déjà mentionnées sur mon blog.

 

 

 

 

Signature : 

 

Hélène Houphouet Boigny – Abla Pokou. Petite Fille de feu Nanan Kouakou Anougblé,

Roi des Baoulés. Fille d'Houphouet et de Madame Akissi Anougblé.

 

 

Tous les documents précisés dans cette partie du blog sont présentés ci après :

 

 


Repost 0
Published by Madame Hélène Houphouet Boigny - Abla Pokou -
commenter cet article
28 août 2008 4 28 /08 /août /2008 19:37
Repost 0
Published by Madame Hélène Houphouet Boigny - Abla Pokou -
commenter cet article
21 juillet 2008 1 21 /07 /juillet /2008 12:20

...

 
      
              Quelques réponses concernant la succession et l'hôtel particulier (sis rue Masseran

 

Paris 7ème) propriété Privée de feu mon Père, Monsieur Félix Houphouët Boigny, acquise

 

de Monsieur feu le Baron Elie de Rothschild.

 

 

Ces documents (déjà produits sur mon blog) apportent un éclairage certain sur cette

 

succession opaque et sur « la vente au enchère qui a eu lieu le 29 Juin 2008 » (Collection

 

Privée de Feu Monsieur Félix Houphouët Boigny), sur décision de l'État Ivoirien :

 

 

  • La correspondance de Maître Philippe Rideau à Maître Verges un de mes anciens avocats,

    
en date du 14Mars 2000.

             Correspondance de Maître Philippe Rideau à Maître Verges.

  •  Voici le Jugement Civil Numéro 118 rendu par le Tribunal de Première


      Instance de Bouaké - Section de Toumodi
    en date du 27 juillet 2000, déjà partiellement 


      repris sur mon blog :

 

 

EXTRAIT ( PAGES 14 ET 15 ) DU JUGEMENT Civil N°118 du

   27/07/2000 - rôle Général N° 14/96 :


[ ... ] «  PAR CES MOTIFS

        Statuant publiquement, contradictoirement, en matière civile et en

premier ressort ;

        Déclare les demandeurs recevables en leur actions en liquidation et en

partage de la succession de FEU FELIX HOUPHOUET BOIGNY ;

        Les déclare irrecevables en leur tierce opposition contre le jugement

supplétif d'acte de naissance n°1 du 20.4.1965

         Déclare veuve CADY RACINE SOW, mal fondée en sa demande de

liquidation et de partage de communauté de biens ;

        Déclare nul  de nullité absolue l'acte de notoriété du 29 Juin 1994 ;

        Ordonne l'établissement d'un acte d'hérédité déterminant les noms et

qualités des héritiers de FEU FELIX HOUPHOUET BOIGNY ;

        Ordonne d'inscrire comme héritiers :

1.  AUGUSTIN HOUPHOUET BOIGNY ;

2.  FRANÇOIS HOUPHOUET BOIGNY ;

3.  GUILLAUME HOUPHOUET BOIGNY ;

4.  MARIE N'DRI KAN HOUPHOUET BOIGNY ;

5.  HELENE HOUPHOUET BOIGNY ;

6.  OLIVIER ANTOINE HOUPHOUET BOIGNY ;

         Désigne Maître AGUEH TAHOU Monique notaire à Abidjan, à l'effet de

faire établir l'acte d'hérédité susdit, de procéder à la liquidation et au partage

de la succession de FEU FELIX HOUPHOUET BOIGNY ;

        Dit qu'elle dispose d'un délai de 06 mois à compter de sa saisine pour

accomplir sa mission ;

        Dit qu'elle se référera au Président de la section du Tribunal de Toumodi

en cas de difficultés ou de contestations sérieuses ;

        Met les frais de la procédure à la charge de la succession ;

        ainsi fait, jugé et prononcé, les, mois et an que dessus ;

        Et ont signé, le Président et le Greffier en CHEF.

                                          SUIVENT LES SIGNATURES

                                              D.F = 18 000 FRANCS

                                              ENREGISTRE A BOUAKE
 
                                              LE 24 AOUT 2000

                                              REGISTRE A.J VOL 5 F° 53

                                              N° 849 BORDEREAU 1415/01

                                              RECU DIX HUIT MILLE FRANCS

                                              L'INSPECTEUR ;

                                                      .../...

EN CONSEQUENCE :
Le Président de la République de Côte d' Ivoire ;

mande et ordonne à tous huissiers de justice à ce requis de pouvoir à

l'exécution du présent jugement  ;================================

                                     Aux Procureurs Généraux et aux Procureurs de la

République près les cours d'appel et les tribunaux de premières Instance d'y

tenir la main ;===============================================

                                     A tous Commandants et Officiers de la force publique

de prêter main forte lorsqu'ils en seront légalement requis ;=============

                                     En foi de quoi, la présente première grosse,

collationnée et certifiée conforme à la minute à été signée, scellée et délivré

par nous, Greffier en chef de la section de Tribunal de Toumodi, le quatorze

Novembre deux mil à Maître AGNES OUANGUI pour le compte de Dame

HÉLÈNE HOUPHOUET BOIGNY , sur sa réquisition ./.

                                                      TOUMODI, LE 14 NOVEMBRE 2000

                                                               LE GREFFIER EN CHEF

                                                                    ( SIGNATURE )

                                                             BAKAYOKO MAMADOU     »


    
   
Il est cependant à noter que l'acte rectificatif susdit a été établi

par Me Agueh Tahou Monique qu'en date du 28/12/2004
( Acte de

notoriété déterminant la qualité des héritiers de son excellence Félix

Houphouet Boigny – Rép N° 377 – Taxe N° « non mentionné » ). Selon le

Jugement  Civil N°118 du 27/07/2000 lui donnant mandat.

 

 

 

 

  • Mais que pensez des documents établis par Augustin, François, Guillaume et Marie

 

Houphouët Boigny, donnant tout pouvoir a Monsieur Philippe Rideau en 1999 avec l’aval du

 

Notaire de l'État Ivoirien (Maître Kouamé Venance ), pour régler la succession a leur

 

profit alors que la grosse de l’action en Justice qu'ils avaient initiée n'a été rendu qu'en

 

juillet 2000 ! 


Courrier de Mr Philippe Rideau en date du 2 Septembre 1999.

Dépôt de Pièces Procuration en date du 15 Juin 1999.

 

 

 

Le fait que l’État Ivoirien soit resté sourd à toutes mes interrogations depuis 1994 sans

 

pouvoir produire les documents ayant trait à cet hôtel particulier condamne ce même “État”.

 

Il est à prendre connaissance du fait qu'un Legs verbal se doit d'être accompagné

 

d'écrits du légataire, dont la signature aura été expertisé et au besoin le

 

papier et l'encre utilisés datés, pour preuve d'authenticité, par des personnes véritablement

 

agréés en la matière. Il existe une quotité, selon la Loi, qui ne peut être dépassée.

 

La vente aux enchères (29 Juin 2008) des Tableaux, Objets d' Arts et Mobilier est non

 

seulement frauduleuse mais constitue un « Détournement de biens successoraux », jusqu'à

 

preuve du contraire.

 

 

 

Je m'adresse maintenant à Monsieur le Président Laurent Gbagbo.

 

 

 

              Monsieur le Président, vous savez pertinemment que je n'ai pas attaqué

 

« l’État Ivoirien » ! Cependant, par la presse nationale relayée par la presse et ondes

 

internationales, vous avez jugée bon de porter atteinte a ma personne. Ce qui est

 

inacceptable !

 

Vous affirmez que « Justice sera appliquée jusqu'au bout... », dans le cadre de vos actes

 

posés récemment. Je suis donc en droit de vous demandez ceci :

 

  • A quand l'application du Jugement rendu par le Tribunal de Toumoudi (Juillet 2000) qui

 

     concerne la succession de Monsieur Felix Houphouët Boigny ? Une succession « Privée »

 

             devenue « d'État » des 1994 ...

 

  • A quand la réponse a mes demandes légitimes ?

 

Vous pourrez constater, Monsieur le Président, qu'aucun Document présentés sur ce blog n'a

 

pu être a ce jour contesté.

 

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de ma haute considération.

 

 

 

 

 

Hélène Houphouët Boigny – Abla Pokou - 

 

 

 

 

 

A l'attention de toutes les personnes qui me liront, prière bien vouloir excuser ce blog

 

« très amateur », mais vous comprendrez qu'il y a soucis de non intrusion. Bien vouloir

 

prendre le temps de relire la partie de ce blog intitulé : « La Succession du Président Félix

 

Houphouët Boigny (décédé le 7 Décembre 1993) TOUJOURS NON REGLEE !!! Un « Grand

 

Vole Organisé »…

 

Repost 0
Published by Madame Hélène Houphouet Boigny - Abla Pokou -
commenter cet article

Présentation

  • : La Succession Privée de Monsieur le Président Houphouet Boigny
  • : Explications sur une succession toujours non réglée malgré un Jugement rendu par l'État Ivoirien en 2000
  • Contact

Rechercher

Archives